couple

    La rupture amoureuse selon Facebook

    Des analyses statistiques ont révélé des pics de séparation à des moments bien précis de l’année. Le réseau social vient même de concevoir un nouvel outil pour mieux gérer la fin d’une histoire en ligne.

    Publié le 
    4 Janvier 2016
     par 
    Nicolas Poinsot

    Ce qu’il y a de bien avec Facebook, c’est qu’on peut en tirer quantité de statistiques. Ce qu’il y a de bien avec les statistiques, c’est qu’on peut pondre des études sur des sujets intéressant à peu près 99,9% de l’Humanité. Comme, par exemple, les relations de couple.

    Ainsi en 2010, des responsables du réseau social s’étaient penchés sur le statut «sentimental» des utilisateurs, observant ce qu’il se passait pour chaque mois de l’année. Bilan? Selon les analystes, qui ont recherché les mots «rupture» ou «rompu», les deux premières semaines de décembre enregistrent une véritable épidémie de ruptures amoureuses, qui s’est mise à s’étendre depuis le milieu de l’automne.

    Le Père Noël n'est pas une ordure

    Heureusement, par philanthropie, par compassion pour son prochain ou peut-être juste à cause d’un agenda soudain trop chargé (la bûche, les paquets sous le sapin à déballer…), Noël connaît une baisse brutale des séparations, selon le nombre de statuts Facebook recensés. Cette période d’accalmie, sans équivalent dans l’année, se poursuit début janvier. Nous voilà donc dans l’œil du cyclone.

    Mais mieux vaut en profiter, car les ruptures recommencent à pulluler dès les premiers jours de février, pour culminer au mois de mars: là, c’est l’hécatombe, qui bat même le début de décembre dans la catégorie cœurs brisés. La suite est moins agitée, puisque jusqu’à la fin octobre, aucun pic de drame sentimental n’est à déplorer.

    Reste que du côté de la plateforme sociale, on a pris les devants. En novembre dernier, la firme californienne annonçait en effet avoir lancé la phase de test pour d’une nouvelle fonctionnalité.

    Guide de survie du break

    Celle-ci vise à aider les utilisateurs dans la gestion de leur rupture: dès que le statut en couple est décoché, l’outil se lance automatiquement et propose alors au tout frais célibataire de choisir entre plusieurs options. Continuer à voir défiler les publications de son ex dans le fil d’actualités ou l’en faire disparaître. Garder ses propres publications loin des yeux de l’ancien partenaire ou lui permettre encore d’y accéder.

    Enfin, on peut décider d’annuler l’identification de l’utilisateur sur des photos de l’ancien couple postées sur le réseau social. Sauf que cette fonction bien pratique oublie de suggérer une dernière situation: dégager définitivement l’amour déchu de sa liste d’amis. La plus radicale, mais aussi, probablement, la plus douloureuse. Et ici, ce n’est pas l’algorithme d’un logiciel qui sera d’une quelconque utilité pour franchir le pas.

    A lire également
    Surfer pour rencontrer de nouvelles personnes est la raison qui rendrait le plus addict.
    O
    S’inviter comme «amis» sur un réseau social quand on n'est en couple serait une bien mauvaise idée.
    O
    «Never like it anyway»: le débarras post-rupture
    Vous ne pouvez plus supporter la vue d’objets ou de cadeaux appartenant à votre ex? Un site vous propose de les revendre.
    O
    Voyage
    Le froid, la neige… la météo nous donne envie de nous téléporter sous des cieux plus cléments. C’est le moment idéal pour booker nos futures vacances
    O
    Cuisine
    Des plats sains, beaux et surprenants: voilà les exigences des foodies du moment.
    O
    News loisirs
    Pour inviter le soleil dans notre assiette, en découvrant des saveurs venues des quatre coins du monde!
    O