news people

    Shiori Ito, briseuse de silence

    Depuis son viol, la journaliste japonaise ne cesse de se battre pour faire évoluer les mentalités. Dans son pays, elle a lancé le mouvement #WeToo, dérivé de #MeToo, et son livre, «La Boîte noire», a désormais été traduit en français.

    Publié le 
    13 Mai 2019
     par 
    Muriel Chavaillaz

    C’est qui?

    Le 3 avril 2015, la vie de Shiori Ito, 26 ans, bascule. Alors qu’elle a rendez-vous avec Noriyuki Yamaguchi, haut responsable d’une chaîne de télévision et proche du premier ministre nippon, la journaliste perd connaissance et se réveille dans une chambre d’hôtel, nue, violée. Son agresseur affirme qu’elle était consentante, la police lui déconseille de porter plainte. Stigmatisée, humiliée, rejetée par sa famille et ses amis, Shiori Ito ne lâche pourtant rien et se bat pour que justice soit faite. Elle ose ce que les Japonaises s’interdisent de faire: s’exprimer.

    Pourquoi on en parle?

    Elle raconte son combat dans «La Boîte noire», un livre désormais traduit en français. «Une victime de viol est censée demeurer prostrée chez elle, terrassée par la honte, explique-t-elle à «Grazia». Mais moi, pour réussir à survivre à tout cela, j’ai besoin de me battre.» Fuyant les menaces, Shiori Ito vit désormais à Londres mais continue d’inciter les femmes à briser l’omerta. À la suite de l’affaire Weinstein, elle a créé le mouvement #WeToo au Japon. Le hashtag se propageant à la vitesse de l’éclair, les médias de son pays ont enfin commencé à enquêter sur les violences sexuelles.

    Selon un sondage réalisé par le quotidien «Nikkei», une femme sur deux a été victime de harcèlement sexuel sur son lieu de travail, mais seules 35% d’entre elles l’ont signalé.

     

     
     
     
     

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    Une publication partagée par chinouk (@chinouk35) le

    Qu’est-ce que les autres en disent?

    «Elle a subi l’enfer, elle est d’une force exceptionnelle», relève la journaliste française Mie Kohiyama dans les colonnes de «Libération». «Mon père est Japonais, j’ai étudié et travaillé à Tokyo. C’est parce que je connais bien ce pays que j’ai été époustouflée par cette jeune femme.»

    Ce qui l’aide à continuer

    Alors que Shiori parle publiquement du viol subi, sa famille prend peur. «Pendant un an, ma petite sœur et moi nous ne nous sommes plus parlé, confie-t-elle à «Paris Match». Je pense qu’elle a compris que ce n’était plus aussi effrayant désormais.»

    A lire également
    On vous explique pourquoi on a a-do-ré la première photo du petit Archie (et tout ce qui se cache derrière ce cliché).
    O
    L’actrice et son mari, Ryan Reynolds, ont officialisé la nouvelle sur le tapis jaune du film «Pokémon: Détective Pikachu».
    O
    drague #metoo rencontre bar homme femme
    Couple
    Rencontre, flirt, première approche… Les codes de la séduction ont (enfin!) changé.
    O
    News people
    «Je travaille très dur pour m'assurer que tu ne doives jamais dire "me too"» ❤
    O
    News société
    Une telle législation constituerait un «arrêt de mort», selon le Planning familial américain.
    O
    femme journaliste ordinateur
    News société
    #EntenduÀLaRédac: une enquête française démontre l'ampleur du sexisme dans les rédactions.
    O
    News loisirs
    Un peu de shopping, pour échapper à la pluie qui menace notre fin de semaine!
    O
    En Suisse
    Les meilleures adresses gourmandes de Suisse romande où savourer un repas festif le dimanche matin.
    O
    FeminaEnBalade Delémont Nina Simon étudiante travail social dät concept store
    En Suisse
    La capitale du Jura regorge de petites pépites à découvrir… et à savourer.
    O