news people

    Patrick Dempsey: «J'adore la Suisse, je m'y sens à la maison»

    Dans l’adaptation télévisée du best-seller signé Joël Dicker, «La vérité sur l’affaire Harry Quebert», la star joue le professeur et grand auteur américain à succès inculpé de double meurtre. Rencontre glamour avec un homme passionné.

    Publié le 
    19 Novembre 2018
     par 
    Propos recueillis par Juliane Monnin

    À Paris, lundi 12 novembre 2018, à l’occasion de l’avant-première de «La vérité sur l’affaire Harry Quebert» (dès le 20 novembre 2018 sur RTS Un), le très charismatique Patrick Dempsey a pris le temps de répondre à quelques questions. L’ex docteur Mamour de «Grey’s Anatomy», ambassadeur des montres TAG Heuer* depuis 2014, nous a parlé de cinéma, de sa vie et même… de la Suisse.

    FEMINA Comment l’histoire avec La vérité sur l’affaire Harry Quebert a-t-elle commencé pour vous?
    PATRICK DEMPSEY Quand j’ai su que le projet était en train de voir le jour, j’ai sauté sur l’occasion de contacter Joël Dicker et Jean-Jacques Annaud. Après toutes les comédies romantiques dans lesquelles j’avais tourné, Harry Quebert, un personnage plus noir, plus ambigu, était exactement ce dont j’avais envie.

    Comment s’est déroulée la collaboration avec Jean-Jacques Annaud?
    Ce fut une des meilleures expériences de ma vie. Jean-Jacques est un fabuleux réalisateur et une des bonnes raisons de regarder la série – l’autre étant la jeune actrice qui interprète le rôle de Nola Kellergan, Kristine Froseth. 

    Accordez-vous toujours les mêmes louanges aux réalisateurs avec lesquels vous travaillez?
    Je ne dirais pas ça. Ce qui était génial, c’est que nous nous comprenions parfaitement. Il y avait une alchimie, une cohésion sur le plateau. Il me donnait quelques indications et nous tournions dans la foulée.

    Le plus souvent, je jouais les scènes une ou deux fois seulement. C’était un jeu simple, excitant et libérateur.

    Et la collaboration avec Joël Dicker?
    Collaborer avec lui était tout aussi fascinant. Joël a passé un mois avec nous à Montréal, au QG de tournage. Du coup, la série est très fidèle au livre.

    On sait déjà que vous vous transformez pour incarner Quebert à 30 ans comme à 60. Les séances de maquillage n’étaient-elles pas trop longues pour vous qui êtes un pilote de course?
    J’espère que vous allez aimer ces transformations. Pour moi, elles étaient drôles. Il me fallait cinq heures de make-up pour devenir le vieux Quebert. Et, effectivement, je ne suis pas quelqu’un de patient, mais pour le coup, j’ai vraiment aimé me métamorphoser.

    Comment avez-vous géré le fait de vous voir vieilli?
    Au début, j’étais un peu déprimé! J’ai réalisé que c’était ce que j’allais devenir physiquement. Je me suis vu vieillir en mode accéléré et décliner. Je vois la vie différemment depuis.

    Vous savez, je suis à un nouveau chapitre de mon existence. Je suis soucieux de perfectionner mon rôle de père, de mari et d’artiste.

    Vous voulez dire que vous souhaitez moins travailler?
    Je dirais plutôt que la qualité de mes projets est  désormais le fil qui me guide. Je suis actuellement à Rome pour le tournage de «Devils», un thriller financier. J’apprécie par exemple dans cette série télé sa sensibilité européenne. D’ailleurs, j’adore l’Europe.

    Le livre – et la série – parlent de l’écriture et plus largement de la réussite littéraire. Pourriez-vous être un auteur?
    Je ne suis pas un écrivain. Jeune, j’ai été diagnostiqué dyslexique. Je suis meilleur avec les stories qu’avec  les mots.

    Vous repartez à Rome pour le tournage de «Devils», quels sont vos autres projets?
    Je jouerai peut-être la suite de «Disenchanted», avec Amy Adams, en 2019. Je vais par ailleurs travailler à ma fondation qui aide les malades du cancer, The Dempsey Center. Et à Noël, ce sera des vacances au ski en famille chez vous, en Suisse. Honnêtement, je me verrais bien y vivre un jour. J’adore votre pays, son lifestyle et la relation que vous avez avec la nature. Je m’y sens tout simplement à la maison.

     

     

    *Dans le cadre de cet article, Femina a été invité par TAG Heuer.

    La série adaptée de «La Vérité sur l'affaire Harry Quebert» arrive en novembre sur RTS Un

    A lire également
    Jameela Jamil tapis rouge
    L’actrice en a ras le bol de Photoshop. Surtout lorsque l’on va jusqu’à lifter ses chevilles.
    O
    Portrait de Camille Lacourt
    Retraité des bassins, le nageur français aux yeux azur se livre sans filtre dans son autobiographie.
    O
    La magazine «Public» a annoncé l'heureuse nouvelle le 7 mars 2019.
    O