news people

    «Je ne suis pas enceinte!»: pourquoi on adore la lettre ouverte de Jennifer Aniston

    Trop, c’est trop, l’actrice a répondu aux rumeurs sur sa supposée grossesse par un coup de gueule. Dans une tribune publiée sur le «Huffington Post» aux Etats-Unis, elle en profite également pour parler de la place de la femme dans la société.

    Publié le 
    13 Juillet 2016
     par 
    Juliane Monnin

    Les démentis des rumeurs de grossesse sur le site «Wenn» de Steven Huvane, porte-parole de Jennifer Aniston n’ont pas suffi. Fatiguée de tous ces ragots et réellement pas enceinte, la star entend bien le faire entendre à toute la planète.

    On aime cette lettre ouverte car…

    Elle dénonce le «body shaming»:

    «Pour info, je ne suis pas enceinte. Ce que je suis, c'est fatiguée de tout ça. Fatiguée de cette surveillance qui confine au sport national et de cette mise au pilori des corps, ce "body shaming", qui se déroulent quotidiennement sous couvert de "journalisme", de "premier amendement" et d'"infos célébrités".»

    Elle milite contre le fait d’analyser à la loupe et 24/24 h le corps féminin:

    «La chosification et la surveillance que nous imposons aux femmes sont absurdes et inquiétantes.»

    Elle alerte sur l’idéalisation du corps véhiculée par certains médias et décrit les dérives liées:

    «Le message selon lequel les filles ne sont pas jolies si elles ne sont pas extrêmement minces, qu'elles ne méritent pas notre attention si elles ne ressemblent pas à un top model ou à une actrice sur la couverture d'un magazine est une chose à laquelle nous adhérons tous volontairement. Ce conditionnement, les jeunes filles l'emportent avec elles à l'âge adulte.»



    La couverture du magazine «In Touch» de trop pour la star. 

    Elle dénonce l’obsession maladive et inconsciente que nous pouvons avoir sur l’actualité des people:

    «Est-elle enceinte? Mange-t-elle trop? Se laisse-t-elle aller? Son mariage est-il en péril parce que l'appareil photo détecte une "imperfection" physique

    Elle révoque le statut marital et maternel comme statut unique de réussite de vie:

    «Décidons en toute conscience, loin du bruit des tabloïds. Nous n'avons pas besoin d'être mariées ou mères pour être accomplies. C'est à nous de déterminer, pour nous-mêmes, notre propre "ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants".»

    Elle déculpabilise enfin les petits ventres de 12 h 57:

    «Je déteste qu'on me fasse sentir que je suis "moins que" parce que mon corps change et/ou parce que j'ai pris un burger au déjeuner et que j'ai été photographiée sous un angle bizarre et donc suis susceptible soit d'être "enceinte" soit d'être "grosse".»


    A lire aussi:
    Mariage de Jennifer Aniston: On vous dit tout!
    Cinéma: 5 bonnes raisons d’aller voir «Joyeuse fête des mères»
    Jennifer Aniston: son père, ce héros

    A lire également
    Shiori ito viol boite noire japon
    Depuis son viol, la journaliste japonaise ne cesse de se battre pour faire évoluer les mentalités.
    O
    On vous explique pourquoi on a a-do-ré la première photo du petit Archie (et tout ce qui se cache derrière ce cliché).
    O