news people

    «Fifty Shades Darker»: toutes les inspirations de Jamie Dornan

    Quelles personnalités ont inspiré le torride Jamie Dornan, alias Christian Grey? Schwarzenegger et Bruce Willis, idoles de son enfance, le comique Don Rickles. Et, dans la vraie vie: son père, un psy, un «meilleur ami» musicien...

    Publié le 
    19 Février 2017
     par 
    Henry Arnaud

    A l’heure où «50 nuances plus sombres» fait frissonner de plaisir dans les salles obscures de Suisse, celui qui y joue Christian Grey se dévoile en petit garçon fasciné par Schwarzenegger et Bruce Willis. «C’était mes deux acteurs fétiches. Je m’imaginais à la place de Bruce Willis dans ses films «Die Hard» ( ndlr: «Piège de cristal», «58 minutes pour vivre», «Une journée en enfer», etc.) et je rêvais de devenir «Terminator», raconte-t-il. Plus surprenante que ces héros testostéronés, une des sources d’inspiration de sa jeunesse est un humoriste américain, Don Rickles (ndlr: qui doit à Franck Sinatra les débuts de sa carrière dans les années 50 et qui la poursuit aujourd’hui encore, à 90 ans, avec la tournée de son one-man-show partout aux USA). «Je suis obsédé par Don Rickles, avoue Jamie Dornan. Je le considère comme l’homme le plus drôle au monde. L’un des meilleurs anniversaires de ma vie a été lorsque, à Atlantic City, on m’a fait la surprise de m’offrir des places pour assister à son show.» Jamie est un tel fan qu’il a conservé une photo dédicacée de Rickles. «D’ailleurs, j’adorerais trouver un rôle comique pour casser mon image», confie-t-il en passant.

    Hors métier, c’est son père, le professeur Jim Dornan, gynécologue et obstétricien réputé en Irlande du Nord, qui est son modèle. «Il représente tant pour moi! Papa a toujours su trouver les mots lorsqu’un coup dur nous arrivait.» Coup dur, coup du sort, Jamie Dornan a à peine plus de 14 ans lorsque le premier d’entre eux l’atteint. Son nom: cancer du pancréas. Sa victime: Lorna Dornan, sa mère, qui en décède dix-huit mois plus tard. Jamie vient d’avoir 16 ans. «Cela a été le tournant de ma vie, ce qui m’a fait sortir de l’enfance et devenir un homme, presque en l’espace d’une nuit», raconte-t-il. Bizarrement, ajoute-t-il, «la seule chose qui m’a aidé était de savoir son cancer inopérable. J’ai vécu ces dix-huit mois en sachant sa mort inéluctable: il nous fallait donc profiter de chaque instant avec elle. Aujourd’hui encore, je pense que cette forme de lucidité, aussi brutale soit-elle, vaut mieux que de s’accrocher à un espoir illusoire.»

    Grandir plus vite

    Faites-lui remarquer l’intensité de son regard lorsqu’il évoque ces épreuves, aussitôt l’acteur mannequin passe de la tristesse à l’humour. «Un médecin m’a expliqué un jour que j’avais un taux d’adrénaline anormalement élevé, c’est sûrement pour ça!», lance-t-il. Avant de revenir à ses souvenirs: «Un an après la disparition de maman, quatre de mes meilleurs amis d’école se sont tués dans un accident de voiture... J’ai vécu entre 16 et 17 ans les pires moments de ma jeunesse. Heureusement que papa m’a poussé à voir un professionnel: sans thérapie, je ne sais pas comment j’aurais surmonté les épreuves et fait mon deuil sans éviter les conneries!» Et le beau ténébreux de reprendre: «A l’époque, je me consolais de ces épreuves terribles en me racontant que c’était un moyen de grandir plus vite. Aujourd’hui, je réalise combien c’était horrible, pour un ado. Savoir que l’on peut disparaître du jour au lendemain m’effraie encore plus depuis que je suis père…»

    Car depuis 2011 et sa rencontre avec la chanteuse Amelia Warner, c’est l’amour fou, le mariage – le 27 avril 2013 – et la paternité – avec Dulcie, née en novembre de la même année, et Phoebe, au printemps 2016. «Les bases de mon quotidien n’ont pas changé depuis mon succès. Mon épouse est toujours la même, nous habitons toujours la même maison… Nous avons fait le choix de ne rien changer à notre quotidien, de conserver notre existence tranquille. Avec deux enfants de moins de 3 ans, nos journées n’ont rien d’une vie glamoureuse à Hollywood! En fait, nous paniquons tous les deux si nous ne sommes pas couchés avant 22 heures, car il faut être là pour nos filles dès le petit matin.»


    Jamie Dornan. ©Mike Marsland/WireImage

    Les fils de Jim

    Retour aux années de jeunesse… Et à cette amitié qui a tout changé. «Après le décès de maman, papa a suggéré que j’entre au pensionnat du collège méthodiste de Belfast – pour m’éviter de me retrouver à la maison tous les soirs.» C’est là que Jamie rencontre un jeune de son âge, David Alexander, dont le père vient de mourir, lui aussi. «Nous avions tant de points communs! Nous pouvions parler des nuits entières… Jusqu’à ce que nous décidions de mettre nos émotions en musique.» Ils fondent alors le duo Sons of Jim – soit: «les fils de Jim», leurs pères portant tous deux ce prénom. «La musique m’a permis de voyager, elle m’a amené à chanter dans différentes villes, puis à m’installer à Londres. Où j’ai décidé de me lancer dans la comédie… même si, à 20 ans, personne ne voulait de moi.» Heureusement, le mannequinat lui tend les bras. Jamie Dornan gagne sa vie en posant en sous-vêtement pour Calvin Klein et Dior. «Je cachais à mon agent que je jouais au rugby avec mes potes car mon contrat m’interdisait les sports physiques.»

    Découvert par Sofia Coppola, il fait en 2006 une brève apparition, en comte de Fersen, face à «Marie-Antoinette» (alias Kirsten Dunst). Sa carrière d’acteur est lancée. Aujourd’hui, entouré d’une aura érotico-sulfureuse, il est le Christian Grey de «50 nuances plus sombres»; demain, il sera Will Scarlett, demi-frère du «Robin des Bois» d’Otto Bathurst. Le succès, pour le beau Jamie Dornan: oui, c’est sympa. «Mais la plus belle chose de mon existence d’homme, c’est quand même d’être papa!»

    Ce qui le dope Voir Dulcie, notre aînée, réclamer sa petite sœur dès son réveil. «Où est bébé?» demande-t-elle du haut de ses 2 ans et demi. C’est craquant!

    Son don inattendu Le rugby. A 14 ans, j’avais même abandonné mes études pour m’y consacrer et devenir joueur professionnel. Mais deux ou trois fractures ont eu raison de ma vocation.

    Sur sa shamelist Etre mannequin: c’est un truc qui ne m’a jamais éclaté. En même temps, à 20 ans, entre ça et un job de serveur dans un bar... Et c’était nettement mieux payé!

    Son dernier fou rire Avec ma femme, un soir où, les filles couchées, on a décidé de s’offrir une douce soirée en tête à tête. Et où on s’est retrouvés à tomber de sommeil dès 20 h 30!

    Son buzz J’invite tous vos lecteurs à se renseigner sur «TinyLife», que je soutiens. Grâce à mon père médecin, j’ai découvert très tôt le travail de cette fondation qui, depuis bientôt trente ans, aide les parents de bébés prématurés partout à travers le monde.

    Sa news Femme Kim Basinger incarne Mrs. Robinson, celle qui a tout appris à Christian Grey sur le sadomasochisme. J’avoue avoir été impressionné et fasciné par elle. J‘aurais bien aimé lui parler de «9 semaines et demie», mais je n’ai pas osé. Trente ans après sa sortie, cela reste un film culte!


    Kim Basinger. ©DeGuire/Getty

    Son actu «50 nuances plus sombres», sur les écrans de Suisse depuis le 8 février 2017. Et dont le troisième volet est déjà annoncé pour 2018.

     

     

     


     

    A lire aussi:
    Dakota Johnson: «Entre Jamie et moi, il n’y a plus d’inhibition»
    Razzie Awards: «50 nuances de Grey» anti-cartonne
    J’ai testé pour vous: l'avant-première de «Fifty Shades Darker»

     

    A lire également
    Son témoignage déculpabilise les femmes qui rencontrent une chute de désir.
    O
    La chanteuse a débuté le tournage de «Traqués», un film unitaire qui sera prochainement diffusé sur TF1.
    O
    Céline Zufferey portrait écrivain sauver les meubles
    «Sauver les meubles», son travail de master en forme de livre, étonne les médias français et suisses. D’où vient ce talent?
    O
    • Vide Dressing
      My Private Dressing

      Kors Michael Kors Robe "Pussy Bow"

      Dès 250.00

      150.- CHF

      -40%
    Vision
    Poussière, cil, insecte ou grain de sable peuvent venir soudainement venir se loger dans notre oeil...
    Swissquote
    Le marché de l’immobilier suisse constitue une valeur solide.