news mode

    Confessions d’un manteau star

    Créé par la célèbre marque espagnole Zara, le manteau aux imprimés bleus et blancs a pris d’assaut l’univers de la mode: s’affichant à chaque coin de rue londonien, il possède même son propre compte Instagram.

    Publié le 
    3 Octobre 2016
     par 
    Ellen de Meester

    Je suis le manteau que tout le monde porte. Et franchement, sans vouloir me vanter, je suis plutôt pas mal: avec mes manches trois quarts et mon joli imprimé bicolore, je suis une pièce parfaite pour la demi-saison, au prix très doux de 69.99 pounds (environ 88 francs suisses). Les Anglaises m’adorent, surtout à Londres, où elles sont très nombreuses à me choisir dans la boutique Zara. 

    Peut-être ma coupe et mes motifs leur rappellent-ils les vêtements qu’aime arborer leur duchesse préférée, Kate Middleton? En tout cas, j’ai conquis politiciennes et fashionistas, qui m’affichent fièrement sur les réseaux sociaux.

     

     

    Une photo publiée par That Coat (@thatcoat) le

     

     

     

    Une photo publiée par That Coat (@thatcoat) le

     

    Le manteau le plus suivi d’Instagram

    Grâce au hashtag #thatcoat, je suis même en voie de devenir mondialement célèbre: d’ailleurs, l’engouement était tel qu’une gentille blogueuse du nom d’Alice Frances a ouvert pour moi un compte Instagram. Je crois bien être le premier manteau à recevoir ce genre de privilège et mes mailles se resserrent de plaisir sous le coup de la fierté. Si un vêtement pouvait rougir, mon tissu serait déjà devenu écarlate.

    A présent, mes fans peuvent partager toutes leurs photos de nos balades londoniennes, nos après-midi shopping, nos selfies dans l’ascenseur ou encore nos journées au bureau. (Il faut dire que je m’adapte à toutes les situations.) En tout, j’apparais déjà sur 211 publications et suis parvenu à rassembler 6244 abonnés.

     

     

    Une photo publiée par That Coat (@thatcoat) le

     

     

     

    Une photo publiée par That Coat (@thatcoat) le

     

    Trop «mainstream»?

    Mais voilà, il me semble tout de même que le succès n’est pas gratuit et entraîne avec lui une certaine forme de malédiction. Car chaque année, Zara met en vente une it-pièce qu’on verra immanquablement une flopée de filles porter.

    La célébrité, lorsqu’on est un vêtement, s’accompagne souvent de l’obligation de devenir commun, ordinaire, ou même «déjà-vu.» Et maintenant que mon succès est aussi visible, aussi médiatisé, peut-être mes fans se sentiront-elles découragées de m’acheter? Car elles n’aiment pas trop cela, les filles, de se retrouver nez à nez avec une autre demoiselle vêtue exactement comme elle.

    Tant pis, me dis-je. Même si ma célébrité est de courte durée, je resterai, le temps d’une saison, le manteau le plus célèbre d’Angleterre. C’est plutôt pas mal comme accomplissement lorsqu’on est fait de maille et de tissu…


    A lire aussi:
    Street style: la Fashion Week de Londres
    Des manteaux colorés pour ensolleiller son hiver
    Zara: 30 pièces coup de coeur à moins de 100 francs
     

    A lire également
    Fun, décalées, bling-bling, et régressives, les créations sont caractéristiques de la maison italienne.
    O
    L’excentrique designer et icône de mode américaine vient de sortir son autobiographie.
    O
    La jeune femme met en avant des créations audacieuses déclinées dans une large gamme de tailles.
    O