news mode

    Caroline de Monaco: «je suis contre les diktats dans la mode»

    Caroline de Monaco, membre du jury chargé de départager dix jeunes créateurs au festival de Hyères, dans le sud-est de la France, explique être hostile aux «diktats» dans la mode et se réjouit de la «liberté» à laquelle sa génération a eu accès en matière d'habillement.

    Publié le 
    27 Avril 2015
     par 
    Relaxnews

    «Il ne faut pas avoir peur de la faute de goût, je crois. Je suis contre les diktats dans la mode», affirme la princesse de Hanovre, fille de Grace Kelly et de Rainier de Monaco, membre du jury du Festival international de mode et de photographie de Hyères. Tremplin international de jeunes stylistes et photographes, cette 30e édition du festival a pour directeur artistique Karl Lagerfeld.

    «Avant il y avait des principes à respecter, des interdits qui n'existent plus aujourd'hui, par exemple ne pas porter de chaussures blanches après le 1er septembre, pas de diamant avant 5 heures, assortir son sac à ses chaussures, ne pas sortir sans chapeau, sortir avec des gants, tout était codifié, maintenant on a une autre liberté», se félicite-t-elle, dans un entretien.

    «Ma mère (la princesse Grace) n'a jamais mis un jean de sa vie», se souvient-elle. «Ma génération est peut-être la première à avoir eu accès à une liberté au niveau de la mode et de l'habillement», dit la princesse, vêtue d'un pantalon marine large Céline, et portant des lunettes Chanel. «C'était la première fois qu'il y avait des vêtements pour les jeunes, ça commençait à ce moment-là, à la fin des années 1960, début 1970. Avant les jeunes filles étaient dans un moule, comme leur mère.»

    Les vêtements de travail et les autres

    Quel est le style personnel de cette femme élégante constamment sous l'oeil des photographes? «Je ne sais pas si j'en ai vraiment, ce qui est amusant c'est de pouvoir changer. Ca dépend des occasions, il y a les vêtements de travail et puis il y a les autres.» Ce qu'elle recherche dans un vêtement? «Peut-être d'abord le confort, je dois avouer!»

    Pour la princesse, la mode est «indissociable de l'époque» et «il ne faut pas penser que c'est quelque chose de frivole ou de superficiel», juge-t-elle. «En s'habillant d'une certaine manière est-ce qu'on dissimule quelque chose ou est-ce qu'on est dans le mensonge, c'est ça qui est intéressant, il y a une ligne de démarcation très subtile.»

    Si elle ne fréquente pas beaucoup les défilés, Caroline de Monaco se réjouit de faire partie du jury mode présidé par la directrice du studio de création de Chanel, Virginie Viard, une de ses amies de longue date. «Je trouvais cela excitant, c'est une occasion de pouvoir découvrir et suivre de plus près comment un talent émerge, comment tout d'un coup on sort du lot», avance la princesse, qui a assisté vendredi avec le reste du jury à une première présentation des collections par les dix finalistes, et se dit «épatée» par le résultat.

    Dix jeunes créateurs de mode et dix photographes de neuf nationalités différentes ont été sélectionnés. Les jurés, parmi lesquels notamment l'actrice Anna Mouglalis, le créateur et ancien gagnant du Grand prix de Hyères Anthony Vaccarello, l'architecte et designer India Mahdavi, seront chargés de désigner dimanche le lauréat de l'édition 2015.

    Observatoire de tendances et plate-forme de lancement consacrée aux jeunes talents, le festival de Hyères, en partenariat avec la Fédération française de la couture du prêt-à-porter des couturiers et des créateurs de mode, explore la perméabilité entre art, photographie, mode et design.

     

    A lire également
    Lieu traditionnel de toutes les extravagances, l'événement mondain de l'année aux États-Unis s'est surpassé!
    O
    Chaque jour, jusqu'au 12 mai, jouez et tentez de gagner un cadeau pour chouchouter vos mamans (ou vous-mêmes!)
    O