fashion week

    Fashion week Milan: Féérie chez Dolce&Gabbana, la maille en vedette chez Missoni

    Au cinquième jour des défilés milanais de prêt-à-porter féminin pour l'hiver 2014 à Milan, les couturiers ont varié les plaisirs: féérie chez Dolce&Gabbana, over size chez Marni et focus sur la maille chez Missoni..

    Publié le 
    24 Février 2014
     par 
    Relaxnews

    Dolce&Gabbana: il était une fois...

    C'est dans une forêt enchantée que nous emmènent Domenico Dolce et Stefano Gabbana pour nous raconter une fable d'un autre temps. De jeunes filles cheminent sous la neige, emmitouflées dans des capes enrichies de décorations naïves et dans des manteaux de brocart, le visage caché sous un immense capuchon en fourrure. Endossant des leggings sous des robes courtes et des chaussures plates à pointe, certaines d'entre elles ressemblent à des pages.

    Robes-tapisserie et manteaux proposés en laine, soie, feutre ou velours sont peuplés de fleurs, branchages et autres petits animaux des bois - hiboux, écureuils, renards, cygnes, lièvres - brodés, peints ou sous forme d'applications en tissu et fourrure. Les clés antiques d'un château ornent également de nombreux habits.

    Complètent ce monde féérique une reine en longue robe et cape vaporeuse de chiffon rouge à capuche fourrée et des femmes-chevalier en armure médiévale avec robes, cagoules passe-montagnes en cotte de maille, mitaines-gantelets et bottes, toutes richement recouvertes de cristaux, paillettes et autres pierres étincelantes.

    Marni: format géant

    La collection concoctée par Consuelo Castiglioni reflète la tendance «cocoon» vue sur de nombreux défilés milanais cette semaine avec des vêtements protecteurs aux volumes over size et enveloppants réalisés pour la plupart dans des matières chaudes. Cette tendance de fond est poussée ici à l'extrême.

    Les blousons affichent des capuches démesurées doublées de fourrures teintes de couleurs vives. Des ensembles blancs avec d'amples pantalons et veste cintrée à la taille par un bandeau élastique noir font penser à des tenues de judoka. Ailleurs, des maxi-pantalons molletonnés à l'allure de jogging sont si longs qu'ils cachent les pieds. Manteau et pantalons façon survêtement en nylon avec bandes latérales sont revisités dans des dimensions extra larges. Des robes en drap de laine sont sculptées par d'énormes volants et fendues sur les côté par des zips dorés géants.

    Missoni: la maille en vedette

    La maille est au centre de cette collection particulièrement réussie, composée de pièces faciles à mélanger et à superposer: petites vestes en laine bouillie, jolis cabans en mohair colorés, tricots-polos moulants en cachemire, robes patchwork tricotées, grands gilets en feutre sans manches, pantalons cargos en tweed à grosses poches latérales.

    Le style est frais et pimpant alternant couleurs chaudes (chocolat, caramel, tabac, rouille, brun) et pétantes (orange, jaune moutarde et turquoise). Les robes portefeuille ou évasées s'entrouvrent de côté sur le devant, laissant entrevoir les chaussettes en laine blanche bordées d'une bande de couleur vive, qui plissent et remontent jusqu'aux cuisses.

    Les matières sont chaudes. Des pans de tissus ou fourrures composent des puzzles géographiques sur robes et manteaux. En guise d'accessoires, ces demoiselles optent pour des bottines colorées et des similis chapkas en feutre avec rabats pour les oreilles.

    Salvatore Ferragamo: des éclairs de lumière

    La collection, déclinée dans les tons sombres, s'illumine par à-coups de brillances dorées et de reflets cuivrés. Parfois, ce sont certaines robes couleur bronze et manteaux en peaux de crocodile, qui accrochent la lumière.

    Tout se joue sur les textures savamment mélangées et les traitements particuliers qui transforment les tissus et les peaux en de nouvelles matières. Le styliste Massimiliano Giornetti excelle aussi dans les constructions complexes de plissés et rubans pour composer des jupes et des robes fluctuantes.

    Trussardi: un classique destructuré

    Gaia Trussardi, représentant la quatrième génération de la célèbre famille de gantiers de Bergame, a repris la direction du style depuis deux saisons. Ici, elle expérimente un style libéré de tout carcan un brin sport-chic qui hésite entre masculin et féminin.

     

    A lire également
    défilé poiret automne hiver 2018 2019
    Fin du marathon des défilés automne-hiver 18-19: retour sur ce qui a marqué à Paris.
    O
    Défilé Chanel automne-hiver 2018-2019 forêt final fashion week
    Le catwalk des mannequins de Karl Lagerfeld? De la mousse et un tapis de feuilles, ce qui a mis en colère les écolos.
    O
    Final défilé Fendi automne-hiver 2018-19.
    A mi-parcours du marathon des défilés automne-hiver 2018-2019, retour sur ce qui a marqué à Milan.
    O