voyage

    Voyage: 7 destinations secrètes à explorer

    La Terre, on en a fait le tour? Pas si sûr. Ignorées ou sous-estimées par les touristes: Terre-Neuve, Araucanie, Tétouan, Laos, Nouvelle-Calédonie, São Tomé-et-Príncipe et Glasgow, les 7 sublimes destinations qui se cachent dans les angles morts des Tour operators.

    Publié le 
    8 Mai 2017
     par 
    Saskia Galitch et Nicolas Poinsot

    Terre-Neuve et Labrador, la Patagonie du nord

    Survol Visualisez le Canada, prenez sa façade orientale, zoomez sur la pointe et l’île à l’extrême est du Québec: voilà, vous y êtes. Voisine de la Belle Province, cette région est pourtant moins connue. Aussi sauvage, plus spectaculaire, moins peuplée.


    Terre-Neuve. ©Getty Images/All Canada Photos/iStockphoto

    Pourquoi y aller? Parce que les paysages ont de quoi contenter tous les goûts et les couleurs. L’île de Terre-Neuve, au sud, offre des vues d’une verdoyance tranquille, des landes aux allures délicieusement irlandaises. Au nord, la côte déchiquetée du Labrador déroule un univers plus austère et minéral. Des espaces immenses, des ours blancs, et des fjords vertigineux tels ceux du Torngat Mountains National Parc ou du Gros-Morne. Un concentré de bout du monde à huit heures d’avion.

    En pratique Pas de vol direct depuis la Suisse. On pourra rallier Montréal ou Toronto avec Swiss ou Air Canada, puis redécoller pour Saint-Jean (à Terre-Neuve, donc). Certaines lignes saisonnières desservent également des localités plus petites. Sur place, la location de voiture s’avère idéale pour un road trip dépaysant à souhait.

    En savoir plus Newfoundland Labrador, sur Instagram.

    L’Araucanie, le véritable Jurassic Park

    Survol Moins prisé que le désert de l’Atacama, au nord, ou la Patagonie, au sud, le Chili central est pourtant un autre trésor naturel, largement ignoré par le tourisme mondial. Dommage ou tant mieux, à chacun de voir. Cette région coincée entre les rouleaux du Pacifique et les Andes argentines recèle plusieurs parcs naturels aux paysages uniques.


    Le parc national de Conguillio. ©Getty Images/iStockphoto

    Pourquoi y aller? Pour voyager dans le temps. Avec ses volcans enneigés, géants tumultueux qui font vaguement la sieste, ses lacs et ses forêts mystérieuses, l’Araucanie nous fait entrer comme dans la préhistoire. L’origine de cette étrange sensation de décalage temporel? L’omniprésence de l’araucaria araucana, une espèce de conifère tout droit héritée de l’époque des dinosaures et qui ne pousse plus qu’ici. Parmi les spots à ne pas louper: le parc national de Conguillio et celui de Nahuelbuta, les volcans Villarrica et Llaima, des chutes d’eau dignes du film «Mission»…

    En pratique Rejoindre Santiago du Chili (Air France, Iberia, British Airways...) puis s’envoler vers Temuco avec LATAM. Compter au moins 17 heures de vol. Monnaie locale: le peso chilien (1 fr. équivaut à environ 650 CLP).

    En savoir plus Araucania, sur Instagram.

    Tétouan, Tanger, l’Andalousie marocaine

    Survol Marrakech, Fès ou Agadir, les cités phares du tourisme marocain se situent quasi toutes dans le centre du royaume. Pourtant, à l’écart des circuits classiques, le nord mérite lui aussi le détour.


    Chefchaouen. ©Travelwayoflife/Flickr

    Pourquoi y aller? On troque l’ocre pour la chaux immaculée. Tandis que les villes médiévales du centre baignent dans une ambiance mordorée, celles du septentrion sont drapées de blanc, voire d’un bleu indigo intense - telle Chefchaouen qui, blottie contre la chaîne du Rif, distille des couleurs dignes des palais du Rajasthan, là-bas en Inde. Autre joyau méconnu: Tétouan, sur la côte. Inscrite sur la liste du Patrimoine mondial de l’Unesco, sa médina est peut-être la plus belle du pays. Quant à Tanger, qui fait face à Gibraltar, son aura cosmopolite a charmé artistes, voyageurs (et même espions!) depuis des lustres.

    En pratique La meilleure option pour s’y rendre est de mettre le cap sur Tanger. Vols depuis Genève avec escale, à bord de Royal Air Maroc, TAP ou encore Vueling. Changer ses francs suisses en dirham marocain.

    En savoir plus: Royaume du Maroc.

    Le Laos, la Thaïlande en version calme et (pour l’instant) préservée

    Survol Traversé par le Mékong, le Laos est pris en sandwich entre la Thaïlande, le Vietnam, la Chine, le Myanmar (ancienne Birmanie) et le Cambodge. Resté fermé au monde extérieur jusqu’à très récemment, le pays a conservé son caractère d’îlot terrestre préservé – traduire par: non contaminé par le tourisme de masse...


    Des rizières au Laos. ©Getty Images/iStockphoto

    Pourquoi y aller? Si le Laos est le pays au «million d’éléphants», c’est aussi le royaume du «million de merveilles». Parmi elles: la gentillesse des Laotiens, la richesse de leur culture et de leurs traditions, la beauté des villes et des sites archéologiques, la sérénité des temples, l’éclat de la nature, la gastronomie ou la splendeur des rizières.

    En pratique Vols réguliers mais non directs de Genève avec Swiss, Emirates ou Lufthansa. Compter environ 16 heures de voyage. L’argent local, le kip (LAK), est très avantageux: 1 fr. = env. 8000 LAK.
    NB: Aucun vaccin n’est obligatoire, mais certains vivement recommandés. Se renseigner auprès d’un médecin.

    En savoir plus Tourisme Laos.

    La Nouvelle-Calédonie, imaginez Hawaii… sans les Américains

    Survol Situé dans le Pacifique Sud, à 1500 km à l’est de l’Australie, l’archipel néo-calédonien est surtout connu pour ses sublimes lagons et récifs coralliens classés au patrimoine mondial de l’Humanité. Evidemment, c’est un peu loin – environ 25 heures de vol – mais...


    Centre Tjibaou de Nouméa. ©Getty Images/iStockphoto/Lonely Planet Images

    Pourquoi y aller? Eaux limpides, climat tropical, panoramas de carte postale, faune et flore «soufflecoupants» et doux frou-frou des cocotiers sous les alizés: la Nouvelle-Calédonie vous a «un petit goût de paradis» proprement irrésistible. Au-delà de ces clichés déjà alléchants, elle présente bien d’autres attraits. Des gens hyperchaleureux. Des randonnées sublimes en jungle et en montagne. Une gastronomie redoutable comprenant des produits de la mer (bien sûr!) ainsi que des plats typiques à goûter absolument – on vous recommande le bougna. La possibilité de se la jouer Robinson Crusoé sur la mythique île des Pins. Des sports nautiques divers et variés tels que plongée, voile, kitesurf ou kayak. Et des décou-vertes sur la culture kanak, notamment présentée au Centre Tjibaou de Nouméa.

    En pratique Plusieurs vols par semaine de Paris, Londres ou Amsterdam, notamment par Air France, Aircalin ou Qantas. La monnaie est le franc pacifique (CFP). 100 CFP = 0,83 €.
    NB: La vie sur place est accessible et l’on trouve des hôtels et des restaurants dans toutes les gammes de prix.

    En savoir plus Nouvelle Calédonie.

    São Tomé-et-Príncipe, les Seychelles de la côte ouest

    Survol Cet archipel, ancienne colonie portugaise devenue indépendante en 1975, étire son chapelet d’îles (dont deux principales) dans le golfe de Guinée. Les côtes du Gabon sont à environ 300 km.


    Banana Beach. ©Getty Images

    Pourquoi y aller? Des terres perdues en plein océan Atlantique, une nature quasi intouchée, une atmosphère bien éloignée de la frénésie des métropoles… São Tomé-et-Príncipe, l’un des plus petits Etats du globe, est aussi l’un des derniers édens africains. Ecrin de verdure secret qui s’ouvre doucement au tourisme. Si sa faune (des singes, des dizaines d’espèces d’oiseaux…) ne peut rivaliser avec les big five des grands parcs du continent, d’autres arguments feront peser la balance dans le cœur du voyageur. A commencer par le turquoise de ses baies qui n’ont rien à envier aux plages iconiques de l’océan Indien. Un étrange cône d’origine volcanique, tour dressée au milieu de la forêt équatoriale, apporte au paysage sa note surréaliste.

    En pratique TAP assure trois vols hebdomadaires depuis Lisbonne, via Accra au Ghana (un peu plus de 6 h). Visa obligatoire avant le départ, à obtenir auprès du consulat à Paris (pas de représentation en Suisse).

    En savoir plus Sao-Tomé.

    Glasgow, la sœur méconnue d’Edimbourg

    Survol Troisième ville du Royaume-Uni, la gaélique «Glaschu» s’étend sur près de 180 km2 dans le centre ouest de l’Ecosse – à 79 km d’Edimbourg, 157 km de la distillerie d’Oban et 291 km du Loch Ness.


    Le  musée Riverside. ©Getty Images

    Pourquoi y aller? On pourrait évoquer l’ambiance jeune et dynamique, la cordialité et la générosité des «Glasgowiens», les pubs, les whiskies locaux délectables ou encore les quartiers «shopping» et la vie nocturne. Mais ce serait oublier tant de choses! Dont les ciels aux couleurs perpétuellement changeantes, la cathédrale St. Mungo, les restos sympas, les peintres de l’école de Glasgow, le musée Riverside, les œuvres du génial architecte Charles R. McIntosh, les Highlands tout proches, les îles, les distilleries…

    En pratique Vols réguliers au départ de Genève (avec escale) par British Airways, KLM, Air France…
    NB: Vie sur place plutôt accessible, hôtels et restaurants à toutes les gammes de prix.

    En savoir plus Visit Scotland.


    A lire aussi:
    Les Pouilles, la nouvelle destination italienne à la mode en 2017
    Tendance 2017: partons découvrir le Bélize

    #CaféFemina spécial voyages: tous nos bons plans pour s'évader en 2017

     

    A lire également
    Inde, Chine, Japon... On flâne dans la capitale française à la recherche de saveurs exotiques.
    O
    Surgie aux marches du désert, l'oasis tunisienne est un monde en soi, dépaysant et ensorcelant.
    O
    On vous présente tous nos spots préférés dans la merveilleuse capitale du «Hygge»!
    O