voyage

    Visiter Prague, la capitale tchèque

    C’est quand les arbres verdissent et rosissent que la capitale tchèque est la plus avenante. Balade sous le signe du printemps.

    Publié le 
    9 Avril 2015
     par 
    Renata Libal

    Les marchés

    Depuis 2010, les marchés fermiers se multiplient au milieu des bâtiments historiques, pour proposer le meilleur du terroir. On y trouve moult gourmandises à déguster sur place ou à ramener en souvenir. Coup de cœur pour les koláče, ces petits pains sucrés au fromage blanc ou aux grains de pavot moulu. Et naturellement, pour les belles miches de pain foncé au cumin, d’une saveur légèrement acidulée. En saison, les étals débordent de petits fruits; on n’oublie pas que la cerise est originaire de Tchéquie.

    Les marchés les plus avenants sont «Jiřák», petit nom de la place Jiři z Poděbrad (les mercredis, jeudis et vendredis toute la journée, samedis jusqu’à 14 h), et «Kulaťák», petit nom de celui de la place Vítězne Náměstí (les samedis jusqu’à 14 h).

    L’expo

    C’est un peu un cliché, mais les rues praguoises restent un plongeon dans l’esprit Art nouveau, dont on remarque les volutes à chaque coin de rue. Comme une double mise en abyme, la maison municipale, elle-même joyau de l’artisanat et de l’architecture de cette époque-là, présente une exposition au long cours qui décode les facettes de ce mouvement, de la peinture au bijou en passant par la mode et la décoration d’intérieur.

    Vital Art 1900 à Prague, jusqu’au 31 décembre 2015, Obecní dům (maison municipale), Náměstí Republiky 5, ouvert tous les jours de 10 h à 19 h.

    Le restaurant

    Longtemps, les visiteurs ont cru que les Tchèques se nourrissaient de tranches de porc panées. Cette époque appartient résolument au passé. Aujourd’hui, on mange fort bien à Prague, avec de jeunes chefs avides de retranscrire les denrées traditionnelles dans un langage contemporain. Ainsi, le tout dernier-né de ces restaurants novateurs, le Field (comme champ, en anglais) a ouvert fin 2014 avec des ambitions clairement orientées vers le macaron Michelin. En attendant une possible consécration, on y mange des produits locaux de premier choix apprêtés par l’équipe de Miroslav Nosek, dans un esprit ludique et spectaculaire. Le menu dégustation relève de la mise en scène de théâtre, avec (le jour de notre visite) un morceau de poitrine de porc présenté sur sa pierre chaude, fumé dans une brume de sapin. Les produits de la pêche locale (écrevisse, brochet) sont à l’honneur aussi. Et la décoration joue la simplicité, sans chichi de nappage blanc, mais avec des projections très arty au plafond.

    Field Restaurant, U Milosrdných 12. Menus dégustation dès 76 fr. Accords possibles avec vins, mais aussi avec boissons non alcoolisées.

    L’hôtel

    La ville rajeunit et les établissements gais, créatifs et design ouvrent un peu partout. Actuellement, l’Hôtel Moods a la cote. Branché au sens premier du terme (wi-fi efficace, multiples gadgets Apple et lumières modulables), il est idéalement placé pour tout visiter à pied. Derrière la façade ancienne, la déco se veut joyeuse et minimaliste, alors que les fenêtres illuminent la rue de leurs jeux colorés. Un partenariat avec les literies Hästens permet de promettre les «meilleurs lits au monde» – ce qui aide à récupérer des longues nuits praguoises arrosées de bière.

    Hotel Boutique Moods, Klimentská 28, nombreuses actions dès 70 fr. la nuit (souvent avec massage inclus).

    Les jardins

    En saison, tout le tour du château de Prague est verdoyant, planté de jardins et de vergers. Le plus charmant est sans doute le jardin au nord, tout en haut de la colline, créé vers 1540 par l’empereur Ferdinand Ier de Habsbourg. Des plates-bandes à l’anglaise en font un lieu de promenade privilégié. A noter: c’est là qu’ont été plantées les premières tulipes d’Europe, offertes par le sultan turc de Constantinople au XVIIe siècle. C’est de Prague que la fleur a pris le chemin de la Hollande.

    Jardin royal (Královská zahrada), site du château de Prague, ouvert dès avril de 10 h à 18 h.

    Le monument

    En déambulant dans la ville, le nez levé sur les façades décorées, rares sont ceux qui poussent la porte de la Bibliothèque municipale. Il faut pourtant le faire absolument. A l’entrée se dresse une œuvre des plus intrigantes: une tour entièrement érigée en 8000 livres de tous âges, en toutes langues. L’artiste tchèque d’origine slovaque Matej Krén a construit son Idiom en 1998, comme un monument à la culture et au partage. Mais attention: pour qui se penche dans une ouverture, la tour se mue en puits sans fond, prêt à aspirer dans ses entrailles tout amoureux de la littérature. Une expérience!

    Bibliothèque municipale (Národní knihovna), place Mariánské náměstí 98/1.

    Prague pratique

    Y aller Seul Swiss assure un vol quotidien direct de Genève à Prague, très tôt le matin (dès 80 fr. environ).

    Se déplacer Sur place, les tramways assurent les déplacements au centre-ville. La compagnie de taxi AAA est réputée: qui y recourt à l’aéroport a droit à un bon demi-tarif pour le retour.

     

     

    A lire également
    De Palerme à Marsala en passant par l’Etna, l’île est un paradis pour les amateurs de grands crus et d’œnotourisme.
    O
    Vous aspirez davantage à des vacances plus green, sans (trop) de traînées de kérosène pour y arriver? Cette sélection de lieux est faite pour v(n)ous.
    O
    Attention: après la lecture de cet article, vous allez vouloir réserver vos vacances illico presto!
    O