voyage

    Lyon nous fait rugir de plaisirs

    La capitale de la gastronomie française regorge de nouvelles adresses à découvrir absolument ! Gastronomie, art de vivre, culture… nos découvertes.

    Publié le 
    26 Juin 2015
     par 
    Jennifer Segui

    Dormir

    Le Mama Shelter

    Après Paris, Bordeaux ou encore Istanbul, le Mama Shelter a ouvert ses portes à Lyon. Le concept? Toujours le même: un quartier en devenir, des chambres design et épurées, un restaurant et un bar où se poser tout au long de la journée et des prix tout doux, le tout relevé par une déco déjantée. Un miam plus qu’enthousiaste pour les cocktails servis au bar. Et surtout un rapport qualité prix imbattable dans une ambiance décontractée.

    Dès 69€ la chambre double. Mama Shleter,13, rue Domer. Tél. +33 (0)4 78 02 58 00.

    Le Collège Hôtel

    Situé dans le cinquième arrondissement, à deux pas du vieux Lyon, cet hôtel sent bon la nostalgie, avec sa déco entièrement pensée autour du thème de l’école. Pupitres d’écolier, produits de bains dans des plumiers… On a particulièrement aimé la salle de petit déjeuner comme un réfectoire et ses verres de cantine Duralex. On a par contre moins apprécié le côté un peu froid des chambres immaculées.

    Dès 130€ la chambre double. 5, Place Saint-Paul.Tél. +33 (0)4 72 10 05 05.

    Le Okko hôtel

    Les hôtels Okko réinventent la façon de recevoir leurs hôtes. Les chambres, spacieuses et lumineuses, sont équipés d’éléments écologiques. Les draps sont en lin et coton, le linge de bain en coton bio. A l’accueil, pas de desk mais un vaste espace, le club, véritable lieu de vie de l’hôtel. Enfin, une grande cuisine, accessible à tous et garnis de produits sélectionnés, permet de se sustenter dès que l’envie vous prend. Sans oublier les délicieux petits-déjeuners.

    Dès 125€ la chambre double. Okko Pont Lafayette, 14 bis Quai du Général Sarrail. Tél. +33 (0)4 28 00 02 50.

    Manger

    Le café du Peintre

    Voici un bouchon lyonnais qui allie l’authentique et la créativité. Les spécialités lyonnaises y sont mitonnées par Florence Périer qui leur ajoute ce petit rien de fraîcheur et de peps qui fait la différence. La jour de notre visite, la daube provençale proposée en plat du jour par la cuisinière passait admirablement bien malgré la température ambiante plutôt caniculaire. Dans cette salle joliment décorée, une clientèle d’habitués est chouchoutée par Maxime, le fils de Florence, incollable sur les bons vins de la région.

    Menu du jour entreé-plat-dessert, 21 €. Tél. +33 (0)4 78 52 52 61. Le café du Peintre, 50, boulevard des Brotteaux . (Attention, le restaurant est fermé samedi et dimanche)

    Le Café Sillon

    C’est le restaurant dont tout le monde parle. Dans ce septième arrondissement plutôt popu, le jeune chef Matthieu Rostaing-Tayard s’affranchit de la tradition lyonnaise pour livrer des plats où le produit, savamment travaillé sans qu’il soit oublié, est roi. On aime aussi la déco épurée, voire dépouillée, ou ancien et moderne cohabitent sereinement. A découvrir absolument. En réservant absolument également!

    Menu dès 22€ le midi et 35€ le soir. Le Café Sillon, 46, avenue Jean-Jaurès. Tél. +33 ( 0)4-78-72-09-73.

    L’Arsenic

    Bizarre pour un nom de restau… C’est ce qu’on s’est dit en se rendant dans cet établissement en espérant que ce poison violent ne serait pas au menu du soir… Art Scénic… c’est ce à quoi se réfère cette enseigne qui permet à de jeunes chefs de montrer leur talent au sein de cette pépinière voulue par le chef Christian Têtedoie, créatif créateur étoilée de la place Lyonnaise. Un lieu, une équipe et donc des chefs qui se succèdent pour faire leurs preuves. C’est bon, c’est surprenant de fraicheur et d’audace. Bref, on a beaucoup aimé. On vous incite à la curiosité.

    Dès 18€ la formule le midi et 29€ le soir. L’Arsenic, 123 rue Pierre Corneille.

    Et on n’a pas testé mais on nous a fortement recommandé : Le Kitchen café et Le Potager des Halles

    Découvrir

    Le Musée des Confluences

    Tout nouveau, il est situé aux portes du nouveau quartier du même nom, sur une presqu’île à la rencontre du Rhône et de La Saône. Confluences, c’est un peu comme la pyramide du Louvre en son temps. Il y a les pour et les contres. Nous, on a franchement aimé ce bâtiment de béton de verre et d’acier posé sur l’eau. A l’intèrieur de vastes espaces vouées à la découverte du vivant et de l’évolution de l’homme. On ne rate pas la visite de la terrasse du colosse, ouverte même sans visiter le Musée.

    Musée des Confluences, 86 Quai Perrache. Renseignements. +33(0)4 28 38 11 90.

     

    A lire également
    Emblème de la gastronomie, lieu de culture et d’histoire, la troisième ville de France doit aussi sa renommée à son...
    O
    Vue de l'hôtel Provençal à Giens.
    Solaire et branchée, la ville du Festival International de Mode et de Photographie est un super spot pour recharger ses batteries.
    O
    vikiri/shutterstock.com
    En marge du salon Equip'Hotel (16-20 novembre 2014), le salon professionnel dédié à l'univers de l'hôtellerie et de...
    O