en suisse

    Love suite dans un palace de Gstaad

    Une chambre dédiée aux amoureux, une déco ultra intime, du matériel multimédia, des accessoires luxueux pour un séjour encore plus enchanteur. Tout cela au cœur d’un palace situé dans la prestigieuse Gstaad, possible? Oui. Mais encore.

    Publié le 
    10 Juillet 2015
     par 
    Adélita Genoud

    S’il existait un prix de l’imagination, sans nul doute que The Alpina Gstaad, en serait le lauréat. Voilà que l’hôtel niché dans un écrin verdoyant et montagneux de Gstaad, vient d’ inventer la chambre d’amour. Un lieu où les amours tendres ou passionnelles peuvent s’épanouir entre luxe, calme et volupté.

    Kiki de Montparnasse

    La déco est inspirée de Kiki de Montparnasse. Une Parisienne née au siècle dernier qui fut tour à tour, amante, modèle, muse de peintres célèbres dont Modigliani, chanteuse aussi et gérante de cabaret. Une figure incontournable du Paris de l’entre-deux-guerres. C’est devenue, depuis lors, une marque de luxe internationale qui célèbre l’intimité. Ainsi dans cette suite singulière, les objets stimulant l’imagination romantique, les ouvrages, les films et les dessous chics sont mis à la disposition de la clientèle. Mais la suite est presque classée secret défense. Donc point de détails à profusion ni de photos trop illustratives, il faut ménager l’effet de surprise pour les couples qui souhaitent y séjourner.

    L’art, pour mettre nos sens en éveil

    L’Alpina qui a ouvert il y a trois ans, a décidé de conjuguer tradition et audace. Tradition pour l’architecture très chalet helvétique, audace pour l’art. Il est vrai qu’amateur amusé et subtil d’art, Nachson Mimran, dont la famille est co-propriétaire des lieux, a déjà constitué une collection de plus de 60 œuvres contemporaines exposées dans les salles de l’hôtel. Sûr, dit-il que «Les arts plastiques stimulent nos sens, sollicitent notre imaginaire, réveillent nos émotions, font plaisir et provoquent». Dans le second espace inédit de l’hôtel, les visiteurs peuvent laisser filer leur créativité. Et peindre un symbole personnel sur les huit toiles de différentes formes suspendues au mur de la «Living Art room». Les toiles qui en résulteront seront vendues aux enchères. Tandis que la recette sera versée à la fondation de bienfaisance Marie-Louise Mimran.

     

    Et Gstaad, c’est quoi son histoire?

    La station, très huppée, est née en 1906. Le petit village, construit à 1000 mètres, alors dépourvu de toutes voies de communications, attire l’attention d’un politicien. Celui-ci décide de faire passer le chemin de fer dans la petite bourgade. Alors les premiers hôtels fleurissent. Et puis, comme l’air est sain, les grandes écoles internationales décident d’y installer leurs élèves durant l’hiver. La première institution scolaire à migrer est la prestigieuse école du Rosey basée à Rolle. Le tourisme s’accélère. Mais la station a plus d’un atout dans sa manche. Elle séduit le cinéma Bollywoodien, l’immense Menuhin, Lize Taylor, plus récemment Johnny Hallyday (qui y réside quelques années).

     

    A lire également
    Ville merveilleuse, Milan est synonyme de mode, d’art, de design…
    O
    terrasse restaurant au bord de l'eau
    Notre sélection des plus belles terrasses bercées par un doux clapotis...
    O
    dakota johnson et jamie dornan scène du film
    Les deux derniers épisodes de la trilogie littéraire «Cinquante nuances de Grey» sortiront en 2017 et en 2018.
    O