news loisirs

    Deux mamans Romandes à la conquête du désert

    Le 17 mars 2017, Tania et Nathalie prendront place dans leur puissante Jeep et s’élanceront au travers des dunes marocaines à l’occasion du 27e rallye Aïcha des Gazelles. Cette compétition 100% féminine sera pour elles un défi unique, qu’elles relèvent avec détermination et pour la bonne cause. Rencontre avec deux courageuses battantes.

    Publié le 
    13 Octobre 2016
     par 
    Ellen De Meester

    «Nous sommes au taquet», affirment tour à tour Tania Lio-Martinez et Nathalie Peer, débordantes d’énergie et de motivation à l’évocation de l’aventure spectaculaire qu’elles vivront dans quelques mois. En mars 2017, elles monteront à bord d’un 4x4, armées uniquement d’une boussole et d’une «vieille» carte, et affronteront les éléments et les caprices du désert pendant 8 jours. Il s’agira de parcourir à deux une distance de 2500 kilomètres, de se repérer dans d’interminables étendues de sable, de se plier aux exigences de la nature; et cela tout en respectant celles de la voiture qui, bien qu’étant leur première alliée, pourrait également devenir leur pire ennemie.

    Le rallye d’orientation motorisé «Aïcha des Gazelles» connaît une renommée internationale depuis 1990. Exclusivement féminin, il rassemble 340 participantes de 33 nationalités différentes, dont la majorité sont amatrices. Agées de 18 à 71 ans, celles que l’on surnomme dès lors les «gazelles», affronteront dunes et tempêtes de sable lors des treize heures de conduite hors-piste quotidiennes, avant de se retrouver au campement chaque soir, pour une très courte nuit de repos.


    © Christine Caron

    Réunies par le hasard

    «Il faudra qu’on s’entraîne à monter la tente», dit Tania Lio-Martinez, 46 ans, à son amie Nathalie Peer, 38 ans. «Je pense que le matin on devra la plier très vite avant de repartir.» A les entendre discuter de leurs préparatifs, on dirait bien qu’en pensées ces deux mamans sont déjà au Maroc. Résidant à Oron-la-Ville, elles se sont rencontrées il y a peu de temps au travers des réunions parentales de leurs enfants et décrivent leur participation au rallye comme un «coup de tête un peu fou.»

    Il ne s’agit pourtant pas d’une décision totalement spontanée, sachant que l’idée trottait dans la tête de Tania depuis un petit moment. Ayant déjà conduit dans le désert auparavant, elle sera la pilote de l’expédition. Nathalie, quant à elle, endossera le rôle de navigatrice, chargée de se repérer parmi les dunes et de dénicher les balises.

    Leur équipe, baptisée les «Red Gazelles», portera fièrement les couleurs de la Suisse, un rouge vif qui se voit de loin: «Cette couleur nous permettra de nous démarquer dans le désert. Comme le rallye est filmé en live, on nous reconnaîtra plus facilement.» D’ailleurs, la Suisse est bien représentée parmi les gazelles depuis quelques années: l’édition 2016 compte au total 7 équipes helvétiques.


    © Christine Caron

    Ecologique et humanitaire

    «Ce qui me plaisait avant tout, c’est que le rallye nous permet de vivre une aventure tout en soutenant une bonne cause», résume Tania. Les fonds récoltés seront en effet reversés à l’association caritative «Cœur de gazelles» dont la mission est de soutenir la population marocaine et d’améliorer ses conditions de vie en apportant notamment des soins médicaux.

    «De plus, c’est le premier rallye raid à s’inscrire dans une démarche écologique: les gazelles ne laisseront aucun déchet derrière elles et le campement disposera d’un camion incinérateur.»

    Quelques craintes

    Si Nathalie et Tania sont «gonflées à bloc», comme elles le répètent en souriant, quelques petites angoisses planent cependant à l’horizon. Et c’est bien normal, car ces deux jeunes mamans n’auront pas la permission d’emmener leur téléphone durant l’expédition. «On va pleurer tous les soirs si on n’a pas de nouvelles de nos familles», plaisantent-elles. «Eux par contre, ils seront rassurés, car le rallye est diffusé en live sur Internet. Les maris peuvent donc appeler et demander pourquoi ils voient leur femme tourner en rond; à quoi on leur répondra tout simplement qu’elle cherche la balise!»


    © Christine Caron

    Le rallye des gazelles n’a jamais connu d’accident mortel depuis sa création, mais s’il y a quelque chose qui inquiète ses participantes, c’est bien le danger que la voiture se retourne. «Lorsque les dunes font cent mètres de haut et qu’on n’a pas d’autre choix que d’y aller, je pense qu’on risque d’avoir la peur de notre vie. Et la voiture peut simplement se retourner à la descente», s’inquiète Tania. La conduite sur le sable représente effectivement des défis tout particuliers qui demandent également une préparation importante du véhicule: «C’est comme conduire sur la neige!» Afin de préparer le rallye, les gazelles suivront des cours de mécanique, de conduite et de navigation, histoire d’être tout à fait prêtes au moment du coup d’envoi.

    Toutefois, les participantes ne seront jamais vraiment seules durant le rallye, sachant qu’elles seront surveillées en permanence par satellite et suivies de près par l’équipe dont font partie plusieurs médecins et l’élite des mécaniciens.

    Un rallye «de filles»

    «Les hommes aiment la vitesse», rappelle Nathalie, soulignant le côté féminin du rallye des Gazelles. Car celui-ci ne se préoccupe absolument pas de la rapidité de ses concurrentes, mais se focalise totalement sur le nombre de kilomètres qu’elles parcourront jusqu’à la ligne d’arrivée.

    En effet, lorsqu’une équipe tombe en panne et se retrouve dans l’obligation d’appeler à l’aide, elle sera pénalisée d’un ajout de kilomètres à son compteur. De même, si une gazelle rencontre un problème et que ses collègues ne s’arrêtent pas auprès d’elle pour lui apporter du soutien, une sanction semblable sera déployée.

    «Il s’agit d’un rallye très solidaire et très réglementé, explique Nathalie. Nous devons aider les autres gazelles lorsque celles-ci ont besoin de nous, et il est interdit de se suivre. La triche n’est donc pas possible.»


    © Christine Caron

    Des messieurs motivés

    Et comment réagissent les hommes face à cette ambitieuse entreprise 100% féminine? «Quand mon mari a appris que j’avais une partenaire pour participer au rallye, il ne nous a plus lâchées, rit Tania. Le soir même, il nous avait déjà trouvé une voiture!»

    Il apparaît néanmoins que la féminité du rallye réduise sa crédibilité de manière surprenante. Les conditions sont pourtant très rudes et la stratégie à adopter durant la course est aussi complexe que cruciale. Mais Tania et Nathalie comptent bien prouver que les femmes sont tout à fait capables d’affronter d’immenses dunes, lâchées en plein désert avec un 4x4 et leur courage.

    Informations pratiques

    L’équipe de Tania et Nathalie, les «Red Gazelles», ont encore besoin de sponsors. Elles organiseront un repas de soutien le 18 novembre 2016, dès 19h00, au G60 de Lausanne.
    Toutes les informations relatives à leur équipe se trouvent sur leur page Facebook, ou sur le site officiel du rallye, qui aura lieu du 17 mars au 1er avril 2017.


    A lire aussi:
    Un raid hors-piste dans le désert? On l'a fait!
    L'incroyable aventure de Sarah Marquis
    Comment les sportifs dopent leur mental

     

     

    A lire également
    On vous a «par mégarde» raconté la fin d’un épisode? L’heure de la vengeance a sonné…
    O
    top chef cuisine plat émission soirée dégustation
    L’occasion de goûter (enfin!) les délices préparés durant l’émission.
    O
    Pour sa 53e édition, le festival accueillera Elton John, Janet Jackson, Bon Iver, Slash, Rita Ora et Sting, du 28 juin au 13 juillet.
    O
    Cuisine
    «Est-ce que cette branche de céleri m'apporte de la joie..?»
    O
    Cuisine
    Dans les Grisons, une ferme salmonicole durable offre un poisson de qualité qui se retrouve sur la table des restaurants.
    O
    Voyage
    Vous aspirez davantage à des vacances plus green, sans (trop) de traînées de kérosène pour y arriver? Cette sélection de lieux est faite pour v(n)ous.
    O