culture

    Vie connectée: le #Jobderêve d’Elsa Duperray chez WINGiT

    Elsa Duperray, directrice de communication et du marketing de WINGiT, nous parle de son travail à l’occasion du lancement de l’appli en Suisse. Recommandée par «GQ» ou «Vanity Fair», l’app est déjà disponible dans plus de 80 villes et permet de sortir comme un local. Rencontre avec une femme en mode digital.

    Publié le 
    7 Juillet 2016
     par 
    Juliane Monnin

    Vous vous rappelez forcément de la jolie Elsa, l’ex chroniqueuse de «La Puce à l’Oreille» sur la RTSUn. De ses boucles brunes, sa bonne humeur et sa joie de vivre communicative. Grande enfant de la génération Y, Elsa Duperray, journaliste de formation, est du genre à avancer, changer, évoluer, tout quitter pour recommencer. Enceinte de son deuxième enfant et pleine d'énergie, elle est d’attaque pour la «promo» de son boulot. Réponses glanées via Messenger, iPhone, Skype et Instagram. L’important n’est-il pas de rester connectée dans ce métier?

    FEMINA Racontez-nous votre parcours, la vie avant WINGiT…
    Elsa Duperray Après des études à Sciences Po en informations et communications, j’avoue avoir réalisé un joli parcours dont je rêvais. Je suis journaliste de métier (ce que je voulais devenir depuis toute petite). Je suis passée par le magazine de cinéma «Première» avant d’arriver en Suisse en 2005, au «20 minutes», puis au «Temps», avant de passer à la radio, chez «One FM», avec des chroniques que j’adorais faire, à «La Puce à l’Oreille», sur la «RTSUn». Tout ceci dans le domaine de l’actu et de la culture.

    Comment l’aventure WINGiT a débuté, et comment avez-vous pris part au projet?
    Un de mes meilleurs amis, Alban Sayag, franco-genevois, a lancé WINGiT seul, à New York en 2012, avec l’objectif de développer l’appli. Alban, qui a étudié à HEC Lausanne, est vraiment brillant, un bosseur et un business man dans l’âme. J’ai une confiance en lui infinie. Je l’ai rejoint après la naissance de mon 1er enfant, Marius, fin 2013, pour «mettre les deux mains dans le digital», pour mieux connaître cette nouvelle technologie et voir comment elle évolue dans notre monde des médias.

    Quel est votre rôle dans la société, votre cahier des charges?
    Je suis maintenant directrice de la communication et du marketing. A la naissance d’une start-up, on fait toujours un peu de tout, c’est passionnant. Aujourd’hui, nous sommes une quinzaine et cela me permet de mieux développer mes différentes missions: relations presse, communication externe, conception de tout le rédactionnel WINGiT (appli, campagnes com, newsletter, etc.), réalisation de campagnes marketing direct (emailing, push notification, etc…) ou encore partenariats.


    A lire aussi:
    La nouvelle appli Femina est disponible
    «Coworkation» ou le concept de travailler au paradis
    J’ai testé pour vous: le coffice de Neuchâtel


    Quels sont les aspects qui vous plaisent le plus dans ce travail?
    C’est un sentiment global. Celui de savoir qu’on mène son projet, la boîte, l’appli, tout ceci vers un objectif donné, qu’on en fait quelque chose d’utile au plus grand nombre. Le fait de construire un service culturel et de divertissement différent et que des milliers de gens peuvent utiliser à travers le monde. Ça, c’est assez énorme. J’adore aussi l’équipe qu’on forme au sein de WINGiT, basée entre Genève et Paris. Elle est top. On a tous des idées, des envies, c’est ultra motivant.

     

     

    Une photo publiée par Wingit (@wingit_app) le

     

    Le qualifiez-vous de #Jobderêve? Est-il en adéquation avec votre style de vie?
    Oui dans le sens où je l’ai choisi, comme j’ai toujours choisi mes autres jobs, mon métier. En adéquation oui aussi car WINGiT touche à la culture, la musique, au théâtre ou tout simplement au domaine de l’entertainment. Avec tout le numérique qui nous entoure, quand on développe une appli, tout ceci n’a plus de secrets pour nous. Après on bosse comme des dingues… #Jobavecunrythmedeouf mais #Jobdereve quand même!

    A quoi rêvez-vous encore le matin dans votre salle de bains?
    Ce matin c’était à une plage en Grèce haha! Je me méfie des rêves dans le miroir, car on a l’impression que ça ne va jamais arriver… Je préfère imaginer, décider et agir, et surtout faire ce que j’aime. Et en ce moment, ce que j’aime, c’est parler de notre appli WINGiT et proposer aux gens de la tester wink

    Quels sont vos futurs projets, WINGiT demain?
    Faire de WINGiT la prochaine grosse appli de référence en termes de bons plans et sorties à travers le monde, et c’est déjà bien parti. Faire en sorte que notre technologie soit utilisée par les grands groupes pour donner à leurs abonnés, lecteurs ou clients toutes les idées de sorties possibles en temps réel. Me remettre à écrire un polar que j’ai commencé il y a quelque mois. Mettre en route d’autres projets digitaux en plus de WINGiT… 

     

    WINGiT x «Le Matin»

    Comment ça marche? L’appli, disponible dans 150 villes dans le monde cet été, déniche en temps réel tous les événements postés sur les réseaux sociaux par les locaux: expos, apéros, vernissages ou encore concerts. Cerise sur le gâteau, son lancement en Suisse le 5 juillet 2016 s’accompagne d’un partenariat digital avec «Le Matin». En effet, on peut désormais retrouver les fonctions de l’agenda géolocalisée WINGiT sur l’appli du «Matin» dans la rubrique «Sortir».

    WINGiT est à télécharger gratuitement sur l’App Store ou Play Store et à retrouver sur Bot Messenger.

     

    A lire également
    Deux ans après la diffusion du dernier épisode, HBO promet une suite retentissante... le 9 juin 2019!
    O
    Il y a 20 ans sortait la trilogie «Matrix» des sœurs Wachowski. Depuis, le monde n’est plus vraiment le même.
    O
    Voyage
    Vous aspirez davantage à des vacances plus green, sans (trop) de traînées de kérosène pour y arriver? Cette sélection de lieux est faite pour v(n)ous.
    O
    Cuisine
    Dans les Grisons, une ferme salmonicole durable offre un poisson de qualité qui se retrouve sur la table des restaurants.
    O
    Cuisine
    «Est-ce que cette branche de céleri m'apporte de la joie..?»
    O