culture

    L’immortalité, selon Frédéric Beigbeder

    A l’occasion du Salon du livre de Genève, le 28 avril 2018, l’auteur français nous a parlé de son dernier roman «Une vie sans fin», dans lequel il tente une cure de jouvence 3.0. Cynique, drôle et surprenant, il a également fait preuve d’une sincérité touchante, l’espace de quelques instants inattendus.

    Publié le 
    1 Mai 2018
     par 
    Ellen De Meester

    «La mort ne passera pas par moi!» s’insurge le protagoniste de cette semi-fiction audacieuse, dans laquelle une version romancée de l’auteur se met en quête d’une manière de contourner son propre trépas. Pour lui, la vie n’est autre qu’une «hécatombe» absurde, puisque la Nature perpétue quotidiennement le «pire des attentats». D’ailleurs - vous dirait Frédéric Beigbeider - des centaines de personnes sont décédées depuis que vous avez ouvert ce magazine! 

    Dans «Une vie sans fin», l’auteur de 52 ans dérange la plupart de nos croyances, et s’étonne que l’on puisse, en 2018, accepter sans broncher l’inéluctabilité de la mort. À son récit, il intègre une véritable enquête journalistique, au cours de laquelle il parcourt le monde, à la recherche du scientifique qui saura lui livrer la promesse de l’immortalité. Cryogénothérapie, transfusions sanguines, cures détox: en tant que cobaye, il a (presque) tout essayé. 

    J'ai testé: la cryothérapie

    Nous avons rencontré l’auteur le 28 avril 2018, avant qu’il ne prenne d’assaut le Salon du livre de Genève. Légèrement frigorifié, les cheveux ébouriffés par le vent, il nous a parlé de cet ouvrage surprenant. 
     

    Interview: un café avec Marc Levy

    FEMINA Comment avez-vous vécu votre recherche d’une solution à la mortalité?
    Frédéric Beigbeder Mes personnages sont partagés entre la révolte et l’enthousiasme: c’est exactement ce que je ressens. Je balance entre espoir et déception. J’ai exploré les huit différentes pistes sur lesquelles se base la science actuelle, dans sa recherche d’un moyen de prolonger la vie. J’ai découvert des trucs assez délirants, comme la transfusion de sang jeune, les cellules souches, les modifications génétiques… Je voulais prendre au mot les folies des transhumanistes, et vérifier s’ils sont des mythomanes ou non. Et en fait, je pense que je n’en ai toujours pas le cœur net. Disons que j’ai rencontré une moitié de mythomanes, et une moitié de savants, qui vont peut-être sauver des millions de vies.

    L’une de ces pistes vous a-t-elle donné de l’espoir?
    Pas en l’immortalité, non. Cependant, la possibilité de tripler la durée de vie devient assez solide. Par exemple, à l’Harvard Medical School, des experts travaillent sur des greffes d’organes imprimés en 3D grâce à des Bioprints, et se focalisent sur les cellules souches. Dès le moment où l’on parviendra à vous injecter des cellules qui régénèrent vos organes malades, je pense que la question sera réglée. S’ils arrivent à guérir le cancer, les maladies cardiovasculaires, Alzheimer et Parkinson, les quatre principales causes de décès, nous vivrons très longtemps. Ce n’est pas forcément une bonne nouvelle; peut-être qu’on s’ennuiera! Mais je trouve que c’est excitant d’essayer.

    Boire du café rallongerait l'espérance de vie

    Vous évoquez la mort avec une grande légèreté dans votre roman: était-ce une façon de la rendre moins intimidante?
    En vérité, j’ai toujours fait cela: je fuis les questions profondes grâce à l’humour et la superficialité. Le cynisme est un bon moyen de fuir les problèmes, car il nous permet de dire des choses atroces de manière comique. Plus les problèmes sont graves, plus je pars en courant avec des blagues.

    J’avouerais toutefois que j’ai davantage peur de la maladie que de la mort. Je suis très douillet. J’espère que pour moi cela se passera en une fraction de seconde… par exemple un tsunami sur le lac Léman, ce ne serait pas mal!

    Que feriez-vous d’une vie sans fin?
    Depuis 2000 ans, la philosophie nous explique que l’idée de la mort nous permet de mieux apprécier la vie. Je ne suis pas du tout d’accord avec cela. Je ne sais pas si le fait de vivre très longtemps nous empêcherait de profiter de notre existence. Peut-être qu’on prendrait davantage le temps d’apprécier les belles choses, d’explorer le système solaire, de lire plus de livres…

    Fishbach: la mort me fascine

    Mais les choses n’auraient-elles pas moins de saveur, si nous vivions pour toujours?
    Tous les chercheurs que j’ai rencontrés m’ont conseillé de manger moins de sucre, moins de sel, de boire de l’eau et de faire du sport. Bref, une vie de m**de. Faudrait-il vivre une vie rigolote mais brève, ou une vie ennuyeuse mais longue? Voici en quelque sorte le choix qui s’impose à l’homme contemporain. Moi, j’ai choisi la vie rigolote mais brève

    A lire également
    Deux ans après la diffusion du dernier épisode, HBO promet une suite retentissante... le 9 juin 2019!
    O
    Il y a 20 ans sortait la trilogie «Matrix» des sœurs Wachowski. Depuis, le monde n’est plus vraiment le même.
    O
    Culture
    Nous avons eu la chance de discuter avec l'auteur à succès, à l'occasion du Salon du Livre 2017. Rencontre.
    O
    News people
    Dans son premier album, «A ta merci», la chanteuse française sublime le tragique avec une sagesse qui semble dépasser ses 26 ans
    O
    Culture
    L'auteur de «La Vérité sur l'affaire Harry Quebert» sortira le 7 mars 2018 son tout nouveau livre.
    O
    Sexo
    L'auteure nous parle de son nouveau livre, et de la sexualité féminine.
    O
    Cuisine
    Dans les Grisons, une ferme salmonicole durable offre un poisson de qualité qui se retrouve sur la table des restaurants.
    O
    Cuisine
    «Est-ce que cette branche de céleri m'apporte de la joie..?»
    O
    Voyage
    Vous aspirez davantage à des vacances plus green, sans (trop) de traînées de kérosène pour y arriver? Cette sélection de lieux est faite pour v(n)ous.
    O