soins & bien-être

    Le janzu: un bain de jouvence pour commencer l'année

    Après l'euphorie des fêtes, rien de tel que de se laisser bercer pour amorcer une nouvelle année. Le janzu, nouveau soin énergétique aquatique venu du Mexique, invite à relâcher les tensions physiques et psychiques dans une eau chauffée à 34° C.

    Publié le 
    5 Janvier 2016
     par 
    Relaxnews

    Comme une invitation au voyage, une immersion en eau chaude pour faire peau neuve. L'eau et l'apesanteur, une combinaison pour décupler les sensations de détente physique et musculaire. Libérer les émotions enfouies aussi. Voici la promesse de ce nouveau soin énergétique aquatique, le janzu.

    «Rivière pacifique» en chinois, cette discipline est née dans les années 90 en Inde et a été développée comme technique de soins par le Mexicain Juan Villatoro. Inspiré des techniques chamaniques de régression, il est comme une danse aquatique où le lâcher prise est maître. Il suffit de se laisser guider par un praticien formé à des mouvements doux, des étirements et quelques points de pression pour activer l'énergie. Le soin comprend aussi des passages tête immergée dans l'eau pendant 3 secondes.

    De manière tout à fait symbolique, le janzu invite à laisser à l'eau ses angoisses et ses soucis pour faire un grand nettoyage. «Au-delà de la détente, il y a un effet retour à soi. Le côté régressif de l'eau, le fait d'être porté fait ressentir des sensations liées à la vie intra-utérine», explique Marie Hemelsdael, praticienne en janzu à Paris et psychomotricienne.

     

    Ce soin est préconisé pour lutter contre les douleurs et les raideurs musculaires, les migraines, les symptômes liés au stress, les troubles du sommeil et la phobie de l'eau. Les femmes enceintes peuvent y trouver du bien-être, notamment pour éliminer les tensions musculaires. Ces séances exigent des praticiens une très bonne écoute pour s'adapter à chaque personne: «Je regarde l'expression du visage, la respiration, le tonus musculaire, je suis à l'écoute pour guider la personne et voir si elle se sent bien», précise Marie Hemelsdael.

     

    A la différence du Watsu (contraction de «water» et «shiatsu»), une pratique cousine née dans les années 80 dans le nord de la Californie, «c'est l'eau qui masse et qui fait le travail, précise Marie Hemelsdael, il n'y a pas de pressions des méridiens propres aux médecines chinoises dans le janzu». Le soin est décrit par ses adeptes comme moins statique, avec des mouvements de grande amplitude enchaînés en séquences fluides. «Pour faire ce voyage, on invite la personne à l'immersion dès le départ en lui mettant un pince-nez», explique Nicolas Sommer, praticien et formateur en France et aux Antilles.

    Peu répandu en France, le soin peut être reçu partout où se trouve une piscine chauffée entre 28 et 35° C. Il se pratique sur demande directement auprès des praticiens formés notamment via le site . La plupart fonctionnent sur un système de donation. L'idée est de donner ce qui semble le plus juste en fonction de son vécu.

    Des informations complémentaires sont disponibles sur les sites pour la France métropolitaine et la Guadeloupe uniquement, le Brésil et le reste du monde.

     

    A lire également
    Un programme douceur qui s’adapte aux goûts et au type de peau de chacune.
    O
    femme dans piscine sur le dos
    Les bains thermaux sont recommandés pour traiter toutes sortes de pathologies.
    O
    femme se faisant faire un soin du visage
    Les traitements maxi-effets plébiscités par la rédaction.
    O